Archive pour la catégorie 'Introduction'

Sommaire

tatouage de niko inko  (1)

Source – Le tatouage, une source d’expression.

* Introduction *

- Le tatouage

- Sommaire

- Notre TPE en quelques mots

* I/ Origine et premières traces *

- Les premiers tatouages

* II/ Affirmer son identité *

- Introduction

- Les tribus primitives

- La médiatisation

* III/ Perte de l’identité *

- Introduction

- Des temps difficiles

- Des univers clos

- Une exclusion volontaire

* Conclusion *

- Conclusion

- Bibliographie

* Annexes *

- L’art asiatique

- Old school et New school

- Le tribal

- Une multitudes de styles différents

* Synthèses personelles *

- Léa

- Elisa

 

Publié dans:Introduction |on 2 mars, 2015 |Pas de commentaires »

Notre TPE en quelques mots…

Nous vous souhaitons la bienvenue sur notre blog. Dans celui-ci, nous allons vous présenter notre TPE (travaux personnels encadrés) dont nous avons choisi le sujet des tatouages.

La modification corporelle est une pratique ancestrale qui est apparue depuis des milliers d’années, un tatouage est un dessin décoratif ou une marque significative qui se traduit par l’injection d’encre dans la peau à l’aide d’aiguilles.

Les tatouages sont utilisé depuis des générations, les premiers retrouvés furent sur une momie du  néolithique puis dans de nombreux cas dans plusieurs but ; lors de la seconde guerre mondiale ou lors de l’esclavagisme en tant qu’exclusion mais aussi de nos jours, le fait d’être tatoué est devenu un acte banal même s’il reste vu d’un mauvais œil par une part de la population.

Le mot tatouage vient du tahitien « tatau », qui signifie « marquer », « dessiner » ou « frapper », ce mot, dérive de l’expression «Ta-atouas». La racine du mot, ta, signifie «dessin» et « atua » signifie «esprit, Dieu».

Le docteur Berchon, traducteur du deuxième voyage de Cook vers Tahiti, en 1772, employa pour la première fois le mot « tattoo »;  il sera par la suite sera francisé en «tatouage» à la fin des années 1700. Au Japon, le tatouage traditionnel pratiqué à la main et appelé « irezumi »  littéralement «insertion d’encre».

À l’époque, les tatouages traditionnels étaient faits avec un outil se présentant sous la forme d’un manche en métal ou en bambou dans lequel étaient insérées les aiguilles nécessaires à la réalisation du tatouage (jusqu’à 36 aiguilles peuvent être utilisés). Maintenant, on utilise un dermographe qui se compose d’aiguilles reliées à un canon électrique. Auparavant, de l’encre de chine, ou des encres créent à base de charbon ou de suif étaient utilisées, maintenant, il s’agit surtout de pigments industriels.

Nous allons donc nous demander en quoi ces modifications corporelles peuvent marquer l’appartenance à un groupe, à une société ou encore l’affirmation de sa propre identité ainsi que la discrimination et le rejet par la société des personnes ayant choisis de se faire tatouer.

 

Notre TPE en quelques mots... dans Introduction tatouage-old-school-10
Tatouage old school (cf: Différents styles de tatouages)représentant un dermographe. Source
piercings-dermographe-big dans Introduction
                                                                                                                                                                                                                                    Dessin d’un dermographe. Source
Publié dans:Introduction |on 25 février, 2015 |Pas de commentaires »

Le tatouage

http://www.nautiljon.com/images/culture/00/80/1350487135368_image.jpg

Source – Ici, le dos de ce jeune homme a été entièrement tatoué dans un style japonais. Son tatouage représente un masque « Hannya », un démon présent dans le folklore japonais. Cette créature est une légende fantastique nippone; il serait le fantôme d’une femme retournée sur terre afin d’assouvir sa vengeance. Le masque d’Hannya a été repris à plusieurs reprises dans le théâtre de l’époque d’Heian (794-1185) dans des pièces comme Aoi noUe (ou Dame Aoi) dans laquelle le masque de Hannya caractérise la folie d’un personnage féminin qui sera trahi et qui se vengera par le meurtre. Ce masque symbolise l’intensité et la violence des sentiments ainsi que le contrôle de ces émotions.

 

En quoi les tatouages participent-ils à la construction de l’identité?

 




Elisa BOCHET
Léa HORCHOLLE
1ere L1
Académie de Rouen -Lycée Georges Dumézil
Groupe N°50
Publié dans:Introduction |on 25 février, 2015 |Pas de commentaires »

La Maison des Sons - The Blog |
ASSOCIATION EOLIENNE "... |
Leblogdecamillette |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ikoni
| Oarthistory
| Le Denicheur de perles